• Narrow screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Communiqués Communiqué de Pierre Nora aux adhérents de l’association et aux signataires de l’Appel de Blois
Communiqué de Pierre Nora aux adhérents de l’association et aux signataires de l’Appel de Blois
Mardi 24 novembre 2009

Chers collègues, chers amis,

Je vous écris en cette fin d’année 2009 pour vous donner trois brèves indications sur la vie de notre association Liberté pour l’histoire.

1. Si les débats mémoriels ont été provisoirement réglés en France par la Mission sur les questions mémorielles, présidée par Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, affirmant qu’il n’appartenait pas au Parlement d’écrire l’histoire, les problèmes se sont déplacés vers l’Est. En Russie, en Ukraine et dans les pays Baltes, une bataille fait rage depuis environ six mois, dont les enjeux sont encore plus importants que ceux que nous avons connus. Liberté pour l’histoire prend sa part, modeste mais résolue, dans cette bataille en apportant sa pleine et entière solidarité à nos collègues historiens et chercheurs russes qui défendent chez eux la même cause que nous et qui ont besoin de notre soutien. Tous les documents sur cette bataille sont disponibles pour consultation et téléchargement sur notre nouveau site (www.lph-asso.fr).

2. Ce serait une illusion de croire notre mission achevée parce qu’elle a obtenu satisfaction en France. Les enjeux mémoriels n’ont fait que se mondialiser, comme le prouvent la lettre d’Arnita Jones, présidente de l’American Historical Association, à Dmitry Medvedev, qui cite en exemple l’action de Liberté pour l’histoire (Jones) ou le fait que les historiens russes qui s’opposent aux projets de lois mémorielles du gouvernement Medvedev invoquent notre exemple et réclament notre soutien (Koposov). De même, il n’est pas indifférent de remarquer que l’argumentaire russe pour faire voter des lois mémorielles s’appuie sur le précédent français. Cet élargissement du cadre de notre action implique que nous restions mobilisés et vigilants. C’est pourquoi je demande aux signataires de nationalité française de l’Appel de Blois qui n’ont pas encore adhéré à Liberté pour l’histoire de le faire et à ceux qui nous ont déjà rejoints de renouveler leur cotisation pour l’année 2010. À ces derniers, je suis heureux d’annoncer que l’assemblée générale ordinaire de notre association se tiendra le samedi 13 février 2010. Le lieu et les horaires seront indiqués sur notre site dans les prochaines semaines.

3. J’ai évoqué la nouvelle version de notre site Internet à plusieurs reprises. Comme vous le verrez, il a été entièrement redessiné et réorganisé par une équipe bénévole compétente et dévouée, et son contenu s’est grandement enrichi. Il est devenu un très bel outil d’information, de mobilisation et de documentation fréquemment mis à jour que chacun d’entre vous est invité à consulter et éventuellement à enrichir.

Nous avons été beaucoup sollicités ces derniers temps pour intervenir dans le débat lancé par le gouvernement français sur l’identité nationale. Nous avons pensé que toute forme de déclaration dans ce débat piégé serait nécessairement utilisée à des fins qui ne sont pas les nôtres. J’ai moi-même, en tant que président de Liberté pour l’histoire, décliné les invitations pressantes des médias, me réservant d’intervenir au moment qui me paraîtra opportun.

Au nom de Liberté pour l’Histoire, j’adresse à chacun d’entre vous mes sentiments les plus cordiaux et tous mes meilleurs vœux pour l’année à venir.

Pierre Nora,

président de Liberté pour l’Histoire, le 24 novembre 2009.