• Narrow screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Italie
Liberté pour l’histoire en Italie : appel contre le délit de négationnisme
Mardi 05 novembre 2013

L’Institut national pour l’histoire de la Résistance et de la société contemporaine en Italie (INMSLI) lance une pétition contre un projet de loi anti-négationnisme.

« L’histoire n’est pas une religion » : l’historien n’adhère à aucun dogme. « L’histoire n’est pas une morale » : l’historien ne loue ni ne condamne, il explique. « L’histoire n’est pas un objet juridique » : dans un État libre, il n’appartient ni au Parlement ni aux tribunaux de définir la vérité historique. Ce sont là autant de principes qui ont été énoncés en 2005 par quelques-uns des historiens français les plus éminents dans un appel qui a fait date : Liberté pour l’histoire ! Aujourd’hui, c’est d’Italie que nous joignons notre voix à la leur pour réclamer cette même « liberté pour l’histoire ».

Lire la suite...
 
Luigi Cajani, "Une loi antinégationiste discutée au Parlement italien"
Mardi 05 novembre 2013

Le 15 octobre 2013, la Commissione giustizia du Sénat italien a approuvé en première instance un projet de loi visant à introduire dans l’article 414 du Code pénal (« Incitation à commettre un délit ») le délit de négation de l’existence « de crimes de guerre et de génocides ou de crimes contre l’humanité », assorti d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

Lire la suite...
 
Italie : l'Etat et le négationnisme, par Marcello Flores
Jeudi 19 septembre 2013

L’Italie se prépare à adopter la décision-cadre de l’Union européenne sur la lutte contre le racisme et la xénophobie. Le 15 mars 2013, une proposition de loi en ce sens visant à sanctionner l’apologie, la négation ou la minimisation des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre tels que définis par la Cour pénale internationale  a été déposée au Sénat italien. Cette proposition a reçu un large soutien, tant de la majorité que de l’opposition, à l’exception de la Ligue du Nord.

Dans une tribune publiée par Il Corriere della Sera le 16 juin 2013, l’historien Marcello Flores s’est penché sur les questions soulevées par cette loi. Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Sienne, où il dirige aussi le mastère « Droits de l’homme et action humanitaire », auteur de nombreux ouvrages, notamment Il genocidio degli Armeni, consacré au génocide arménien (Bologne, il Mulino, 2007).

Luigi Cajani.

Lire la suite...
 
Pétition des historiens italiens
Mardi 30 janvier 2007

Pétition des historiens italiens. "Contre le négationnisme, pour la liberté de recherche", janvier 2007.

Le ministre de la Justice Clemente Mastella, selon ce qui est prévu par les médias, proposera un projet de loi qui devrait prévoir la condamnation, et même l’emprisonnement, pour ceux qui nient l’existence historique de la Shoah. Le gouvernement Prodi devrait présenter ce projet lors de la Journée de la mémoire.

Lire la suite...