• Narrow screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Communiqués Communiqué de presse de Pierre Nora, au nom de Liberté pour l'Histoire
Communiqué de presse de Pierre Nora, au nom de Liberté pour l'Histoire PDF
Mardi 24 janvier 2012

L’association Liberté pour l’histoire déplore vivement qu’il se soit trouvé au Sénat une majorité assez docile aux consignes politiciennes et aux pressions électorales pour voter sans en modifier une virgule une loi adoptée à l’Assemblée nationale dans des conditions hautement discutables par le vote à main levée de cinquante députés.

Elle tient à saluer le courage et la sagesse du président de la commission des lois, Jean-Pierre Sueur, et la qualité des interventions dans le débat d’une minorité de sénateurs qui ont su exprimer avec le cœur et l’intelligence le respect du droit et la voix du bon sens.

L’association ne peut ici que répéter les inconvénients et les absurdités de cette loi sur tous les plans :

- Sur le plan juridique, elle va très au-delà des exigences de la décision-cadre européenne et s’expose à une annulation du Conseil constitutionnel ou à une condamnation de la Cour européenne des droits de l’homme.

- Sur le plan historique, de deux choses l’une : soit elle ne sera jamais appliquée et n’a aucun intérêt ; soit elle sera appliquée et interdira toute recherche historique approfondie sur une des premières grandes tragédies du XXe siècle.

- Sur le plan démocratique, elle confond les devoirs de la politique et les exigences de la recherche historique ; elle contrevient à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en bafouant la liberté d’expression.

- Sur le plan national, elle alimente et même institue ce qu’il faut bien appeler une guerre civile des mémoires.

Enfin et peut-être surtout, Liberté pour l’histoire regrette que cette loi aboutisse au contraire de ce que ses motifs allèguent : en poussant le nationalisme turc aux réactions les plus excessives, elle encourage le permanent négationnisme d’État ; elle complique en même temps le courageux combat pour l’indispensable reconnaissance des crimes du passé que mènent des milliers de citoyens et d’intellectuels turcs. Un combat dont Liberté pour l’histoire se déclare totalement solidaire.

Pierre Nora,
Président de Liberté pour l’histoire